LA CONFUSION DANS LA CLARTÉ

Bureau du port Bruxelles (espace alternatif-underground géré par 2 artistes: Toni Geirlandt et Carlos Montalvo alias Dialogist Kantor)
Cette exposition est dans un élan à la fois intimiste et générale. Le concept étant de mettre le spectateur dans un espace (presque clos) où les fenêtres sont recouvertes d’adhésif sablage côté couloir et côté jardin, deux des trois fenêtres sont bouchées au moyen de mousses (trop larges donc bombées) sortant de celles-ci comme une
métaphore des agressions sonores venant de l’extérieur (bande son: son de la rue, du marché, de stand de tir).
La dernière étant recouverte d’adhésif blanc brillant à 95%, seul un petit carreau n’est pas recouvert afin d’avoir un contact extérieur.

Trois livres ont été écrits, le 1er est une histoire d’amour entre un homme et une femme issues de la basse classe sociale (langage), le 2e est une histoire d’amour entre deux bourgeois et le 3e est le mélange des deux (l’une écrit dans un sens et l’autre dans le sens opposé). Six tableaux composent un canapé peint en peinture phosphorescente et est accroché à hauteur d’un emplacement d’un canapé, face à ceux-ci un tableau est accroché à une hauteur traditionnelle représentant un tabouret peint en blanc sur fond blanc.

Au milieu de l’espace (sur les deux murs) est peinte d’un côté la phrase: «Qu’attends-tu d’un jour de plus» et de l’autre la phrase: «voir ce qui aveugle», relié par une corde tendu (phosphorescent) entre les deux murs.

© photos Serge Gutwirth