DEPRESSIVE GLAMOUR MISE EN DOUTE 7

La série “Mise en Doute” a pour objectif de faire se rencontrer deux par deux, des artistes aux pratiques divergentes, suscitant, dialogues ou confrontations sur des modes différents.
Elle initie des rapprochements surprenants ou improbables; elle mélange les tendances, les générations, les artistes émergents ou confirmés, proposant une programmation sensible et couillue.
Depressive Glamour c’est la dislocation progressive de la fête postmoderne; c’est l’ instant imperceptible où le léger bascule dans le lourd et où l’on se demande ce qu’on fout là.
Dépressive Glamour parle de la chute de l’idéal hédoniste et laisse voir l’anxiété qui peu à peu suinte derrière les paillettes.
Pour ce projet, Djos Janssens et Eric Angenot ont entrecroisé leur travail, créant un dialogue entre leurs univers respectifs.
Djos Janssens investi l’espace par l’image, le son, la lumière. Son intervention modifie radicalement le lieu pour plonger les visiteurs dans une ambiance tendue et décalée, en créant une triangulation entre notoriété, anonymat et voyeurisme, le tout dans un quartier bourgeois de Bruxelles.
Matériel:

Rez-de-chaussée:
65 mètres d’adhésif fluorescent orange, un néon blanc, deux spots 50W pour deux boules à facettes miroir ( une de 25 cm de diamètre et l’autre de 50cm de diamètre), une bande son ( différente sources) passant en boucle et commandé par un mini ordinateur pour tous les éléments (néon, spots, boules, chaîne hi-fi), un fauteuil club.
Premier étage:
285 copies A4(recomposition de photos people) placé comme un papier peint, adhésif miroir 125 x 150 cm, bureau + écran et caméra de surveillance. Eric Angenot mixe sculpture et peinture. Ses objets évoquent des armes ou des organismes mutants, à la fois agressifs et fragiles.

© photos Serge Gutwirth