Vortex-Cortex (part 1) B 8 Sart Tilman

Temporary Isolation Part 1 est installé au Musée en plein air du Sart Tilman.

Le dispositif créé par Djos Janssens au 2e étage de la Maison des Etudiants s’articule lui aussi sur un bipôle : deux chambres, comme deux refuges, de part et d’autre du vaste espace de l’ancienne cuisine du restaurant universitaire. Deux chambres de réflexion / contemporain, l’une a la blancheur et la lumière crue d’une salle d’opération, l’autre est plongée dans la pénombre d’une caverne initiatique. Le spectateur est invité à aller de l’une à l’autre, dans la lumière ou l’ombre. Le parcours est spatial et devient celui d’une pensée, qui chemine et que l’œuvre met en mouvement. Djos Janssens maîtrise parfaitement ce jeu de mise en situation : il met en œuvre des éléments d’une démonstration « ouverte », ce n’est pas un discours aux sens certains, plutôt des fragments choisis d’une weltanschauung interrogative. Chacun peut s’y investir : l’œuvre est formellement très épurée et suscite pourtant un bouillonnement sémantique. Par un jeu subtil d’oppositions et de croisements (cœur / cerveau, individu / cosmos, etc), l’artiste met en place des fragments d’un discours amoureux, qui tisse des liens entre les éléments d’un couple, les individualités qui le constituent et les interactions que cette relation entretient avec son biotope, au sens premier et le plus général du terme. Vortex – Cortex peut être lu comme une réinterprétation du jeu complexe des combinaisons et relations du Macrocosme et du Microcosme. De Démocrite à la Rennaissance, les correspondances entre l’Homme et le Monde constituent un schéma organisationnel très prégnant, à valeur « englobante » et générateur d’équilibre. La science moderne a balayé cela : en objectivant le réel, le discours scientifique producteur de techniques efficaces a effacé les sentiers qui couraient entre les mondes.

C’est ce dialogue que Djos Janssens restaure, et il s’inscrit quasi naturellement dans le thème de RECIPROCITY DESIGN LIEGE 2018. Tous ces fils que Vortex Cortex tisse deviennent un fin filet capteur d’émotions, aussi fragiles qu’un miroir, qu’un glacier qui fond, qu’un cœur qui se brise de chagrin, qu’un souvenir doulloureux qui s’avive ou s’éteint. L’art peut être aussi et quelques fois une médecine.