KUNST & ZWALM

La proposition de Djos Janssens pour Zwalm participe d’un questionnement sur plusieurs niveaux : la place de l’habitat dans l’environnement, les frontières linguistiques dans notre pays, mais aussi les codes absurdes et arbitraires qui permettent ou pas de devenir propriétaire d’un bien immobilier. A l’Orangerie à Bastogne tout comme à Zwalm, le panneau immobilier reproduit à l’identique ceux qui nous entoure dans notre quotidien…Sauf que et c’est bien entendu dans cet interstice que l’artiste s’engouffre il s’agit d’un leurre, d’un véritable trompe l’œil qui peut perturber le public tout comme le laisser indifférent. Pour Djos Janssens habitué à travailler in situ, il s’agit d’être en adéquation avec le lieu où il intervient, de partir de ce qui l’entoure (parc dans un château, milieu urbain, exposition collective) pour se fondre avec le paysage à s’y méprendre. La participation du spectateur  est souhaitée mais jamais imposée de facto… La part de jeu et de hasard étant aussi au cœur de son processus de création, comme si il acceptait ce qui lui échappe et rebondissait sur les accidents pour au fur et à mesure construire son œuvre plastique…

Caroline Coste

© photo Djos Janssens